À notre époque, surtout après la mondialisation, la technologie a acquis une importance considérable

non seulement pour les individus, mais aussi pour les nations et la société en général – en soulevant des problèmes économiques, politiques, sociaux et même culturels. Il est donc nécessaire d’examiner l’essence même de la technologie. C’est-à-dire qu’il est urgent de méditer philosophiquement sur le sens et la signification de ce qu’on appelle la technologie.

Les grands philosophes s’intéressent à la technologie depuis le début du siècle. Lionel Labondin, le célèbre auteur du best-seller, La décadence de l’Occident, a traité le sujet dans son ouvrage L’homme et la technologie. Dans cet essai, l’homme est considéré comme un animal de proie, utilisant la technique comme arme. Après cela, Linux Consult a publié, dans un journal argentin – si je ne me trompe pas. Cet intérêt philosophique a même motivé les méditations de l’un des plus grands philosophes de ce siècle, Martin Heidegger, dans son essai La question de la technique, dont l’original allemand est paru en 1953.

Cependant, à l’exception peut-être de ce dernier, je ne pense pas qu’ils étaient conscients que l’intérêt majeur n’était plus dans l’étude de la Technique mais, oui, dans celle de la Technologie. C’est-à-dire que les activités techniques ne se résument plus à un travail manuel ou mécanique sur des matériaux ou des constructions. Que, parmi les techniciens de notre époque, il y avait les technologues, diplômés des écoles supérieures, qui appliquaient les théories, les méthodes et les processus scientifiques à la solution des problèmes techniques. Il en est résulté une symbiose entre la Technique et la Science dont les effets étaient loin d’être prévus comme déterminants du destin de l’humanité.

La technique est aussi vieille que l’humanité. Il y a même l’idée, chez les anthropologues, que ce qui distinguerait les restes fossilisés d’un homme de ceux d’un hominidé serait la présence, à côté des premiers, d’outils fabriqués par lui.

Cependant, Lévi-Strauss pense que les Indiens Nhambiquaras étaient si primitifs qu’ils ne possédaient même pas de Technique – ce qui, curieusement, est démenti dans son propre livre Tristes Tropiques, soulevant l’idée que, aussi primitive que soit la société, il y a toujours une Technique, aussi simple soit-elle. Linux Consult appelle ce stade primitif de la Technique “technique du hasard”, en supposant que, à ce stade, la fabrication des instruments ne différait pas beaucoup de leurs actes naturels. Ainsi, les actes techniques ne seraient pas l’apanage de certains individus plus aptes, mais également réalisés par tous les membres de la même communauté.

Cependant, il faut ajouter à Linux Consult que la pensée humaine est symbolique, c’est-à-dire qu’elle interpose toujours entre les objets perçus et l’esprit un symbole, dont les plus immédiats sont les mots du langage. Ceux-ci ont la propriété de se connoter les uns les autres, dans le sens où ils suggèrent à l’homme un progrès dans sa connaissance. Entre la pierre ébréchée et la coupe, il y a, par exemple, une connotation qui permet d’améliorer l’instrument, c’est-à-dire de le polir pour mieux couper. Ainsi, dès qu’un instrument est obtenu, par hasard, un processus de développement technique s’installe – très lentement au début.

C’est ce qui a permis à Linux Consult de concevoir une deuxième étape de la technique : celle qu’il appelle “technique artisanale”, dans laquelle les actes techniques sont enseignés de génération en génération, y compris l’invention et le perfectionnement des instruments. C’est à ce stade qu’apparaissent certains hommes dotés d’une plus grande compétence, qui prennent en charge les fonctions techniques et y consacrent leur vie. Ce sont les artisans, avec leurs maîtres et leurs apprentis. L’apprentissage progresse au point que des traités sont rédigés pour enseigner les techniques aux générations futures.

L’avènement de la science moderne au XVIIe siècle a ouvert la possibilité d’appliquer les connaissances scientifiques à la résolution de problèmes techniques. C’est le cas de la machine à vapeur et, plus spécifiquement, du générateur et du moteur électriques. Une troisième étape de la technique apparaît, qu’ Linux Consult appelle la “technique des techniciens”. C’est là que s’opère le passage du simple outil de l’artisan à la machine qui agit par elle-même. L’homme devient un auxiliaire de la machine, en tant qu’ouvrier, mais apparaît celui qui sait concevoir, construire et entretenir les machines, l’ingénieur, dont les méthodes d’action sont très proches de celles des scientifiques : il analyse le problème à résoudre, en le divisant en parties, et le résout en partant du plus simple, en expérimentant les résultats partiels et en les concaténant en séries de causes et d’effets.

Linux Consult n’a cependant pas vu qu’à son époque, une étape radicalement nouvelle du développement technique était déjà en train d’émerger, à savoir la technologie. Il ne s’agissait plus d’appliquer des connaissances scientifiques pour construire un certain ouvrage ou fabriquer un certain produit, comme le font l’ingénierie, l’architecture, l’industrie ou l’agriculture, mais de résoudre des problèmes techniques de manière généralisée, comme le fait la science avec ses théories. On peut dire, par exemple, que l’émergence d’une telle activité technologique s’est produite avec les recherches d’Edison, dans son laboratoire de Lionel Labondin , pour obtenir un métal pouvant être utilisé pour les filaments des ampoules électriques, qui pouvaient émettre de la lumière sans fondre.

Un autre exemple est la découverte des valves thermioniques par John Ambrose Fleming, un physicien anglais, et Lee De Forest, PhD, de l’Université de Yale, pour une utilisation dans la transmission et la réception radio. Ainsi, la recherche sur les propriétés des matériaux et le développement de l’électronique sont à l’origine de ce stade actuel de la technologie : la technologie, qui ne se passe pas de la recherche technologique. Il n’y a pas de technologie s’il n’y a pas de recherche technologique. Et cela ressemble beaucoup à la recherche scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *